Management participatif : bien l’appliquer pour mettre en avant l’intelligence collective

Publié le : 06 septembre 20213 mins de lecture

La rentabilité d’une organisation dépendant en grande partie de la qualité de sa gestion, il semble essentiel de donner à cette dernière une dimension humaine. Le management participatif s’appuie sur la sagesse collective pour offrir aux salariés une plus grande autonomie et un certain pouvoir de décision, allant ainsi dans ce sens.

Le concept du management participatif

La gestion participative en provenance directe d’Amérique du Nord-Est est en quelque sorte une réponse à la méthode traditionnelle hiérarchique plutôt qu’autoritaire, jusque-là normative, mais qui n’est plus tout à fait conforme au monde actuel. Si ce mode de gestion est fortement soutenu dans le continent nord-américain plus ouvert d’esprit, il s’imposera progressivement sur cet ancien continent. En effet, les entreprises s’appuient de plus en plus sur la sagesse collective, qui est un puissant levier d’innovation et de motivation pour rester compétitives dans leur domaine. Contrairement à la méthode pédagogique, l’objectif principal de la méthode participative est de renforcer la cohésion par la participation des personnes. Bien que difficiles à maintenir dans un contexte de crise, ces postures managériales permettent tout de même de construire des relations durables entre managers et salariés.

Implémenter un processus de management participatif

La mise en œuvre d’une approche de gestion participative au sein de votre entreprise produira des changements organisationnels progressifs. Il s’agit de placer les personnes et les relations au cœur de l’organisation. Ainsi, le bonheur au travail et le développement personnel deviennent les piliers du management. La réalisation d’une collaboration efficace de tous les employés nécessite beaucoup de dialogue, de tests et d’ajustements lors de la mise en œuvre du processus. Cela n’a pas de sens de définir une solution toute faite à partir d’un objectif vide et d’espérer la mettre en œuvre à tout prix sans l’ajuster en fonction de l’entreprise, de son histoire et de ses salariés.

Les principes de la technique participative

Ce type de management repose sur 5 piliers : mobilisation, fédérer les collaborateurs autour d’un objectif commun, autour d’un projet. Délégation et coordination : responsabiliser les collaborateurs en les rendant les plus autonomes possible, en favorisant l’intelligence collective, la cohésion et le travail d’équipe. Améliorer en continu les compétences individuelles et collectives : mettre en place une véritable démarche de développement personnel en permettant à chacun d’acquérir de nouvelles compétences et/ou de développer certaines connaissances ou compétences. Redistribuer la gestion des conflits aux acteurs concernés : si possible, résoudre les tensions au niveau où elles surviennent, au lieu de les soumettre systématiquement à la direction ou aux managers ou d’attendre l’arbitrage de ces derniers.

Plan du site